Entrevue pour le Sommet de l’entrepreneuriat mondial

AARON RAND SHOW

Laurent Laferriere, Oatbox et Natalie Voland, présidente de Gestion immobilière Quo Vadis rencontrent Barack Obama lors de son Sommet mondial sur l’entrepreneuriat à Silicon Valley.

ENTREVUE

AARON: Elle fait quelque chose de complètement différent, ce n’est pas un produit, mais un service. Natalie, expliquez exactement ce que vous faites avec les bâtiments historiques.

NATALIE: Nous prenons des bâtiments qui ont été créés à l’origine pour un but unique, par exemple une entreprise manufacturière telle que les textiles Dominion, et nous réutiliser le bâtiment pour les entrepreneurs.

Idéalement, l’idée est de créer des missions sociales autour et d’aider les entrepreneurs à attirer l’attention pour continuer à obtenir des emplois plus élevés. Les emplois sont la chose qui fait que les gens changent leurs situations sociales. Pouvons-nous donc réellement utiliser l’immobilier, qui est généralement à but très lucratif et un investissement court terme, pour restaurer des bâtiments qui étaient historiquement des endroits pour se rassembler et leurs donner une nouvelle vocation. Une vocation autour de l’entrepreneuriat et de la création d’emplois, pour nous qui sommes des entrepreneurs sociaux, nous aidons à réinvestir dans nos communautés et dans l’environnement aussi.

AARON: Une des choses que vous avez faites récemment, c’est que vous avez pris une église et vous l’avez reconvertie, est-ce exact?

NATALIE: Exactement. C’était un projet très difficile parce qu’il y a beaucoup de préjugés sociaux associés à l’immobilier et aux développeurs en général en plus de l’atmosphère émotionnellement chargée autour des églises. Nous avons beaucoup d’églises à Montréal. Ce sont des atouts civiques. Ils ont servi à rassembler les gens avant autour de la religion. Y a-t-il une façon de créer une nouvelle opportunité pour continuer à regrouper les gens et pouvons-nous le faire autour de l’entrepreneuriat? Nous travaillons avec le Quartier Innovation qui a été créé par l’Université McGill et l’Université ETS, et maintenant l’Université Concordia. Deux universités nous rejoignent bientôt sur la façon dont nous pouvons utiliser les étudiants dans nos opportunités d’entrepreneuriat. Nous avons de grandes entreprises comme Richter, McMillan, Vidéotron et BBC, qui travaillent directement avec les petites entreprises, les organismes sans but lucratif et les citoyens locaux de la Petite Bourgogne.

AARON: Mais votre entreprise est pour but lucratif, n’est-ce pas?

NATALIE: Oui. Nous sommes une entreprise B-Corp. Nous sommes en fait l’un des premiers B-Corps du Québec. Nous sommes une entreprise certifiée qui croit au bénéfice évidemment, mais nous avons également la même ligne de fond d’être des intendants pour l’environnement et le développement communautaire en même temps. La certification est très rigoureuse. Nous devons la faire tous les deux ans, mais cela nous donne l’occasion de gérer nos activités en ce qui concerne l’emploi local, la création d’emplois, les politiques d’approvisionnement et la gérance de l’environnement.

AARON: Je vais vous demander une chose, je sais que vous rencontrerez le président demain, alors qu’allez-vous dire au président quand vous le rencontrerez?

NATALIE: Je ne suis pas sûr. Je me sens comme pour la première fois dans ma vie, je vais être bouche bée. Je pense que beaucoup de choses qu’il a faites sont juste complètement énormes et impressionnantes. Changer la dynamique du monde!

En fait, j’ai parlé ce matin de la façon dont l’entrepreneuriat est le grand niveleur. Comment pouvons-nous créer un lien entre les nombreux pays du monde et créer la paix et la prospérité autour de la compréhension que nous sommes tous des êtres humains. Nous pouvons tous travailler ensemble. Si nous pouvons cesser de nous concentrer sur nos différences et nous concentrer sur nos similitudes, la vie pourrait être un peu différente … Alors je pense que je pourrais être déstabilisée par lui!

AARON: Vous pouvez être éblouie pendant une seconde, puis vous pouvez lui serrer la main et quelque chose vous viendra à l’esprit. Vous ressemblez à une jeune fille incroyablement intelligente, donc félicitations à vous d’être là. Ne laissez pas Montréal en arrière OK?

NATALIE: Je prévois de ne pas le faire. Montréal doit avoir la possibilité d’y accueillir les gens. Donner des idées étonnantes et commencer à construire le monde.

AARON: Très inspirant Natalie. Merci beaucoup!